• 1

Origine

Origines de Martigny, Octodurus, Forum Claudii Vallensium

Le nom latin d'origine gauloise est Octodurus « les huit portes », graphie à finale latine -us sur la base du gaulois oxtu, huit. Cf. vieil irlandais ocht, tous du celtique octū / oxtū (voir aussi le nom de personne gaulois Octocnus) et duron, porte, forum, bourg. Cf. breton, gallois dor, porte4, d'où le nom français alternatif d’« Octodure ».

Le nom « Martigny », attesté pour la première fois au XIIe siècle, est un nom de domaine gallo-roman tardif composé du suffixe d'origine celtique -acum, dont la forme est précisément -ach ou -ich en zone germanophone et du nom de personne chrétien Martinus, il a pour équivalent les innombrables Martigny, Martigney, Martigné du Nord de la France et Martignac (Martinhac en occitan) du Sud.

Il se pourrait qu'il s'agisse du nom de la villa rustica gallo-romaine de la banlieue de la ville romaine (le Forum Claudii Vallensium) où la première église romaine, qui sera remplacée par une cathédrale-double puis par l'église paroissiale, a été construite. Un bourg, noyau de la Martigny moderne, s'y est formé. Les environs de l'église s'appelaient encore Granges de Martigny au XIXe siècle

Amphithéâtre de Martigny

L'Amphithéâtre de Martigny fut édifié dans la ville romaine de Forum Claudii Vallensium en Germanie supérieure (aujourd'hui Martigny en Suisse).

Il fut construit au début du IIe siècle, ce qui est un signe de prospérité économique pour la ville romaine. La construction eut fort probablement lieu sous le règne de l'empereur romain Trajan.

Il s'agit d'un petit amphithéâtre, de 75,5 mètres de grand axe pour 63,7 mètres de petit axe, qui ne possédait ni couloirs internes, ni escaliers. La cavea était constituée uniquement de la pente créée lorsque l'arène fut creusée. Au Sud-Est, le pulvinar, loge des magistrats, était accessible par un couloir voûté.

C'est un des nombreux monuments antiques qui sont toujours visibles dans la petite ville valaisanne. On commença des recherches archéologiques dès la fin du XIXe siècle. En réalité, elles n'ont réellement débuté qu'en 1978, lors de son acquisition par la Confédération suisse.